1) Les empreintes génétiques et l'ADN

Le test d'identification humaine par l'empreinte génétique est très employé en criminalistique car c'est une méthode fiable qui peut être pratiquée à partir d'une quantité infime d'échantillon d'origine biologique. Ce test consiste à mettre en évidence des séquences très spécifiques présentent dans le patrimoine héréditaire de tout individu et le rendant unique. Le support de cette information génétique est l'ADN*, une molécule présente dans le noyau de chaque cellule (excepté les globules rouges).

La molécule d’ADN est formée à partir de nucléotides*, caractérisées notamment par une base azotée : adénine (A), guanine (G), thymine (T) ou cytosine (C). Une séquence ADN s’écrit en fonction de ces bases, sous la forme …AGAATTCGCC… etc. L’ADN est en fait une double hélice, constituée à partir de deux séquences complémentaires. C'est à la « lecture » de ces séquences, propres à chaque être, que la police scientifique pourra procéder à une identification.

     

Depuis 1991, on utilise une nouvelle méthode: La technique PCR (polymerase chain reaction = réaction de polymérisation en chaine, programme de terminal). Elle permet de produire en très peu de temps de multiples copies de séquence d'ADN, à partir une très faible quantité d'ADN (dégradé ou non, purifié ou non, donc à partir de la plupart des traces biologiques prélevées sur le terrain). Cependant, cette technique, permettant d'amplifier l'ADN, amplifie également les pollution présentes dans l'échantillon, il faut donc rester prudent par rapport aux résultats.

De plus les sources d'ADN ne sont pas aussi riches les unes que les autres:

-le sang contient 30µl d'ADN/ml

-les cheveux et les poils 0 à 200 ng/ bulbe

-la salive contient 2µl/ ml

-le sperme contient 200µl/ ml

Il faut savoir que pour pouvoir effectuer une empreinte génétique il faut au moins 0,02µl ou 0,6ng d'ADN.

L'exploitation des empreintes génétiques:

Les empreintes génétiques sont stockées dans un fichier informatique: le FNAEG (fichier national automatisé d'empreintes digitales). Pour identifier une empreinte génétique, l'ordinateur compare celle-ci avec celles contenues dans le FNAEG. On peut aussi les comparer à celles des principaux suspects (avec un prélèvement de salive). Il faut plus de 7 similitudes ( appelées loci : régions ou l'on trouve des répétitions de motif) entre deux empreintes génétiques pour confirmer qu'elles appartiennent à la même personne et ainsi être utilisées comme preuves. Pour plus amples explications vous pouvez regarder ce film: video

Le prélèvement des matières organiques:

-Pour la salive:

On réalise un test chimique, le test Phadebas. Il permet de détecter l'amylase, une substance présente dans la salive, quelque soit le support sur lequel elle se trouve.

-Pour le sperme:

On peut le repérer à l'œil nu, mais la plupart du temps on réalise un test chimique qui met en évidence de l'enzyme phosphatase acide, très présente dans le sperme (cette enzyme va catalyser* les réactions de décomposition des composés phosphate). On utilise ensuite du naphtyle phosphate, la tache devient rose.

Pour prélever ces deux « liquides » on utilise un tampon en coton stérile qu'on place ensuite dans un tube en verre stérile. A partir de ces échantillons seront ensuite créés des empreintes génétiques.

-Pour les cheveux et les poils:

La police scientifique va réaliser une observation microscopique. Différents critères vont être étudier comme l'indice médullaire*, l'épaisseur de l'écorce, la nature du cuticule, la couleur... Ils pourront ensuite déterminer si il s'agit d'un échantillon humain ou animal. De plus cette analyse leur permettra de déterminer si il s'agit de poils corporels, de poils de barbe, de cheveux... Puis cet échantillon sera comparé à celui prélevé directement sur les suspects, ainsi que la victime. Les analyses génétiques à partir d'un bulbe sont très rares car elles sont très complexes et nécessitent une grande quantité de matière, ce qui est pratiquement impossible à trouver sur une scène de crime. C'est pour cela que pour le moment l'analyse des poils et des cheveux permet uniquement de confirmé l'identité d'un individu.

 

 

 

* voir lexique

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site