2) Le sang

Le sang est le plus important liquide biologique humain. Il circule dans les vaisseaux sanguins, irrigue les organes, leur apporte l’oxygène, les éléments nutritifs et il les débarrasse des déchets.

Le corps humain contient 4 à 6 litres de sang.

Il est constitué d’un milieu liquide : le plasma et de cellules qui sont les globules rouges où hématies,

les globules blancs ou leucocytes et les plaquettes.

LES GLOBULES ROUGES:

Ce sont les cellules les plus nombreuses 4 – 5 Millions/ml de sang.

Ils sont en forme de beignets de 7,5 microns de diamètre sur 2 microns sur les bords. Grâce à cette forme concave et à leur membrane élastique, les hématies ont une capacité à se déformer.

Les globules rouges sont composés d’une membrane, proche de celle des autres cellules, mais sans organites intra- cellulaires.

Cette membrane est constituée d’une double couche de phospholipides entre deux couches de protéines, externe et interne. Sur la couche externe se trouve les éléments : antigènes protéiques constituant les différents groupes sanguins. On distingue les groupes A, B, AB, O.

Les globules rouges contiennent de l’eau, des ions, des sucres, des enzymes et de l’hémoglobine.

L’hémoglobine représente 1/3 du poids de la cellule et c’est le fer qu’elle contient qui donne la couleur rouge aux globules. Son rôle est de capter l’oxygène au niveau pulmonaire, de le libérer au niveau des organes mais aussi de fixer et libérer d’autres gaz comme le gaz carbonique.

Les globules rouges sont fabriqués par la moelle osseuse en six jours ; c’est lors de la maturation qu’ils perdent leur noyau ; ils vivent en moyenne cent-vingt jours puis ils sont détruits par les macrophages.

 

LES GLOBULES BLANCS :

Ce sont des cellules complètes avec leur noyau. On en dénombre 4000 à 10000 /ml de sang.

Ils sont fabriqués par la moelle osseuse, les organes lymphatiques et la rate. Leur durée de vie va, de quelques jours à plusieurs mois. Ils jouent un rôle dans les défenses immunitaires, luttent contre les infections et les affections diverses. Il existe plusieurs types et sous-types :

les polynucléaires qui ont un noyau divisé en lobes, ils sont capables de se déplacer et de traverser les parois des capillaires. On distingue : les polynucléaires neutrophiles, les polynucléaires éosinophiles et les polynucléaires basophiles.

Les mononucléaires ont un gros noyau rond et ovale. On distingue: les lymphocytes T, les lymphocytes B et les monocytes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LES PLAQUETTES :

Ce sont des petites cellules de 2 à 5 microns, sans noyau, elles jouent un rôle prépondérant dans la coagulation et la fermeture des plaies.

LE PLASMA :

C’est un liquide composé à 90% d’eau et de milliers de substances dissoutes, dans lequel baignent les cellules. Le plasma contient :

- des protéines, des hormones, des médiateurs chimiques, des substances nutritives, des sels minéraux, des déchets et des gaz.

L’hémoglobine :

Chez l’homme, l’hémoglobine adulte HbA est un tétramère constitué de quatre chaines protéiques : 2globines alpha liées à 2 globines beta et de 4 molécules d’hèmes ; ce qui explique le nom de hémoglobine, symbolisé par Hb.

Chaque globine de l’hémoglobine contient un hème et chaque molécule d’hème est constituée d’un ion fer complexé par une porphyrine. Cet ion fer fixe l’oxygène et permet la liaison entre hème et globine. Ainsi la capacité totale de liaison de l’hémoglobine pour le dioxygène est de quatre molécules pour former l’oxyhémoglobine.

En résumé : Hb + 4O²…..Hb(O²)4

En pratique, on n’ observe pas ceci car deux sous unités sont toujours oxygénées par molécule d’hémoglobine :

Donc : Hh(O²)2 +2O² ----Hb(O²)4

Cette hémoglobine oxygénée est transportée vers l’ensemble des organes pour relâcher le dioxygène qui sera consommé par les cellules et en retour le dioxyde de carbone est récupéré et acheminé vers les poumons pour être éliminé par la respiration.

L’affinité de l’hémoglobine pour l’oxygène varie en fonction du ph, de la température, de la présence de co2, de l’altitude, de l’exercice physique, de la grossesse ….( ex : quand un muscle travaille, la température augmente, le ph devient acide par production de métabolites , le besoin en oxygène augmente, il y a production de dioxyde ce carbone).

Le taux normal de l’hémoglobine est situé entre :11g/l à 15g /litre de sang.

Un manque de fer ou d’hémoglobine a pour conséquence de baisser l’apport d’oxygène aux organes : c’est l’anémie.

Dans l’hémoglobine, l’élément fer peut exister sous deux formes :

Sous forme ferreuse : ion Fe++ fixation possible de l’oxygène : c’est l’ oxyhémoglobine.

Sous forme ferrique : ion Fe+++ fixation impossible de l’oxygène , on parle alors de méthémoglobine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

La police scientifique et le sang

Nous pouvons nous demander comment la police scientifique prélève le sang et l’analyse en quête de la résolution d’une affaire criminelle.

Tout d’abord, les tâches visibles vont être analysées pour vérifier qu’il s’agit bien de sang. Quelquefois, la quantité disponible n’est pas suffisante et de mauvaise qualité à cause de la conservation. En effet l’eau, l’humidité, la chaleur, le soleil sont des facteurs qui détériorent sa qualité. Cependant, les tests pratiqués en laboratoire permettent d’analyser les échantillons avec précision malgré le manque d’abondance et la fraîcheur des traces de sang. La caractéristique chimique la plus spécifique du sang est son contenue en hémoglobine. La totalité des tests chimique destinés à identifier la présence de sang se base sur cette propriété. L’hémoglobine est un catalyseur de l’oxydation de toutes sortes de substances oxydables par l’eau oxygénée. Bien que de nombreux facteurs n’aident pas à la conservation du sang, il existe différentes méthodes permettant de savoir si l’échantillon en contient malgré son manque d’abondance et de fraîcheur :

- méthode d’orientation (la moins fiable) : elle consiste en l’utilisation d’eau oxygénée. L’hémoglobine la décompose induisant ainsi à la libération de dioxygène. L’oxydation au contact de l’hémoglobine est due au fer contenu dans l’hème de l’hémoglobine. Lorsque l’on applique de l’eau oxygénée sur un tissu où s’est fixé de l’hémoglobine, de la mousse blanche apparaît. L’effervescence est due au dégagement d’oxygène. L’eau oxygénée se décompose selon l’équation suivante : H2O2 + H2O2  2H2O + O2. Cette équation est une réaction d’oxydoréduction.

- Une autre méthode consiste à rechercher au spectroscope un dérivé chimique de l’hémoglobine : l’hémochromogène alcalin. Si on le décèle, alors l’échantillon contient bien du sang.

- On peut aussi traiter l’hémoglobine à l’acide. A son contact, elle se dissocie. Une des partie dissociée se transforme en chlorhydrate d’hématine (c'est-à-dire, qu’il se cristallise sous la forme de pismes allongés, brun à violet, caractéristique).

Après confirmation qu’il s’agit bien de sang, on prélève les échantillons à l’aide de coton tige préalablement stérilisé.

Or, comment différencier le sang humain de celui animal ? On dilue le sang dans du sérum physiologique, les anticorps du sang se mélangent dans la solution et on ajoute un sérum antihumain qui contient des anticorps anti-immunoglobuline. Si on obtient une agglutination antigène-anticorps c’est que nous sommes en présence de sang humain.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×