Conclusion

En conclusion, nous avons sommairement mis en évidence quelques techniques utilisées par la police scientifique sur les indices relevés sur les scènes de délit ou de crime.

Ces techniques d’analyse, faites en laboratoire, utilisent des moyens simples mais aussi des « machines » très sophistiquées.

L’identification du sang permet rarement de résoudre seule une enquête criminelle cependant, les résultats obtenus sont extrêmement importants.

En quelques années, de nombreux progrès ont été faits grâce à l’analyse de l’ADN preuve irréfutable de la présence d’un individu sur un lieu dit, mais pas forcément de sa culpabilité.

Parfois dans certaines enquêtes criminelles, histoire de brouiller les pistes, des traces d’ADN sont laissées sur une arme ou un objet dans le but de faire accuser quelqu’un, à tord.

Grâce à l’informatique, les échanges des données entre les différents pays permettent l’arrestation de criminels à l’autre bout du monde : Mémorisation des empreintes digitales, classification de l’ADN dans une banque de données…

Comme pour le sang, l’identification d’empreintes génétiques ne suffit pas à résoudre une enquête, mais c’est l’intégralité des indices et des preuves recueillies sur le lieu du délit qui permettra de mener et résoudre une affaire criminelle.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site